François MOURET (1817 – 1864)

Fils d’Ursule Macquart et du chapelier Mouret. Père de Octave, Serge et Désirée Mouret.

A 23 ans, à la mort de son père, François quitte Marseille et entre commis dans le commerce de son oncle Pierre Rougon, à Plassans. Trois mois après, il épouse sa cousine Marthe avec qui il a trois enfants.

En 1845, lorsque son beau-père se retire, François refuse de reprendre le commerce familial et part s’établir à Marseille.

Durant 15 années, il fait fortune dans la vente des vins, huiles et amandes. A 43 ans, il prend sa retraite et retourne à Plassans.

En 1862, François loue une chambre de sa maison à un prêtre bonapartiste, Faujas. Ce dernier, manœuvrant pour la reconquête de Plassans par l’Empire, envahit bientôt la demeure. François, passif, laisse l’abbé manipuler sa femme qui, devenue dévote, s’oublie subitement dans la religion. Se refermant sur lui-même, il passe ses journées seul. L’esprit affaibli, sa famille s’arrange pour le faire interner à l’asile des Tulettes, en l’accusant d’être un homme violent.

Un soir, François parvient à s’échapper puis incendie sa maison. Il périt, dans les flammes de même que l’abbé Faujas. Marthe, quant à elle, décède le même soir chez sa mère.

→ La Fortune des Rougon

→ La Conquête de Plassans