Jeanne GRANDJEAN (1842 – 1855)

Fille de Hélène Mouret et de Grandjean.

A 11 ans et demi, Jeanne est une enfant délicate, sujette à des convulsions nerveuses. Instable, elle est parfois prise de joies bruyantes auxquelles suivent des colères noires.

Orpheline à 10 ans, elle est élevée par sa mère Hélène, qu’elle aime d’une jalousie exclusive. D’abord ami avec Roubaud, Jeanne se brouille lorsqu’elle devine ses projets de mariage. Elle rapproche alors sa mère du docteur Deberle. Mais quand elle voit que celle-ci va succomber à cet homme, Jeanne est prise d’une rage folle et reste longuement sur le rebord d’une fenêtre, sous la pluie.

Ayant contracté une phtisie aigüe, Jeanne meurt 3 semaines plus tard, sans accorder le pardon à sa mère.

→ Une Page d’amour