Pierre ROUGON (1787 – 1870)

Fils d’Adelaïde Fouque et du jardinier Rougon. Père d’Eugène, Pascal, Aristide, Sidonie et Marthe Rougon.

Pierre n’a pas connu son père, mort subitement d’un coup de soleil après 15 mois de mariage. Il est élevé avec Antoine et Ursule, les enfants nés de la seconde union de sa mère avec un ivrogne contrebandier.

Ambitieux et égoïste, se jugeant l’unique héritier légitime, il s’accapare les 50 000 francs qui constituent le patrimoine de la famille, laissant une rente de 600 francs à sa mère.

En 1810, à 23 ans, il épouse Félicité Puech avec qui il aura cinq enfants. Il débute alors une carrière dans le commerce des huiles,  persuadé de développer sa fortune, en s’associant avec son beau-père. Néanmoins, après trente ans de travail acharné, le couple ne parvient à amasser qu’une faible rente de 2 000 francs. Pierre, fataliste et facilement découragé, s’occupe peu des enfants. Félicité, dotée au contraire d’une intelligence remarquable, anticipe les fondements de leur richesse future sur leurs têtes.

Ainsi, Eugène, l’aîné, gagne une haute place à Paris et informe son père de la préparation du coup d’Etat du 2 décembre 1851. Pierre, se rallie alors  au bonapartiste et organise un simulacre de bataille qui lui permet de sauver héroïquement la ville de Plassans. Après le coup d’Etat, il reçoit la légion d’honneur puis  accède au poste de receveur particulier, devenant enfin un homme respecté.

Il meurt le 3 septembre 1870, étouffé par une indigestion, après avoir appris l’écroulement du Second Empire, suite à la défaite de Sedan, lors de la guerre contre la Prusse.

→ La Fortune des Rougon

→ La Conquête de Plassans

→ Le Docteur Pascal